CAFE FLESH

CAFE FLESH

Noise Rock – Jarnac, FR

FR – “Oh non, c’est pas vrai, ils ont remis ça ! Alors qu’on se croyait débarrassé d’eux à tout jamais, CAFE FLESH revient avec un troisième album encore plus cradingue – parfaite combinaison de “crade” et de “dingue”, deux adjectifs qui leurs siéent bien – et répondant au doux nom de Lions Will No Longer Be Kings. Ce disque, ce “retour aux sources” comme le groupe l’a précédemment annoncé dans sa conférence de presse, est donc la meilleur excuse qu’ils ont trouvé pour venir pourrir de noise et de rock les salles et bars d’Europe qui daignent encore les programmer. Vivant une véritable déscente aux enfers depuis la sortie de leur premier album : l’éviction de leur label Noise Amphetamine, la mort soudaine de leur premier guitariste (a priori noyé dans le vomi du bassiste), l’échec commercial de leur second album (I Dumped My Wife, I Killed My Dog en 2009 sur Head Records)… Ajouté à cela le récent internement du chanteur, la cure de désintoxication du guitariste et la tentative d’assassinat du batteur sur la personne de Miguel Constantino lors de l’enregistrement de ces 10 derniers titres ; autant dire que le quatuor revient de loin. Et même si le public déserte ses concerts depuis la demande officielle de boycott par les magasines Les Inrockuptibles et Telerama, CAFE FLESH semble ne pas vouloir dire son dernier mot… et c’est bien dommage.”
Je proposerais peut être juste de terminer sur une note plus positive style:
“CAFE FLESH semble ne pas vouloir dire son dernier mot… et entre nous, pas sur que ce soit si mal !””

ENG – Their entourage agrees: “Café Flesh? What a bunch of morons!” It’s probably well deserved in a way, because our four boys are definitely not the smartest asses around. But the lucky ones who’ve had the chance to witness their live act also say, unanimously: “Café Flesh? Fuck, man, they’re so captivating!”
Is it due to the natural charisma of their singer, who blows you away with his baritone sax and whose voice directly challenges Tom Waits’? Is it because they’re overwhelmingly loud and powerful? Or is it simply because of the immense quality of their music? You be the judge.
Their first effort, A Pig On The Dancefloor, which was released in 2005 and endorsed by the mythical Amphetamine Reptile record label,
was reminiscent of bands such as The Jesus Lizard, Unsane and Rockets From The Crypt. Everybody noticed. This time, the new record, I Dumped My Wife, I Killed My Dog, is emphatically Blues oriented. From now on, AC/DC, The MC5 and Led Zeppelin are a part of the coercive mix. Will Atlantic Records consent to lend their logo? The only thing we know thus far, is that listeners will shit in their pants with pleasure.

SEPARATEUR

DISCOGRAPHY

SEPARATEUR

MUSIC